Vaccination contre le Covid-19 : séquelles, responsabilité et indemnisation

La campagne de vaccination contre le Covid-19 a débuté en décembre 2020. En juillet 2021, un passe sanitaire a été mis en place pour permettre à la population française d’accéder à de nombreux services (restauration, théâtre, etc.). Aussi, beaucoup estiment actuellement que leur libre choix quant à la vaccination s’amenuise. D’autres s’inquiètent de l’efficacité de ce vaccin et de ses potentiels effets indésirables ou dangers, eu égard à sa mise sur le marché beaucoup plus rapide que d’ordinaire. Dans ce contexte de questionnement, il apparaît logique de s’interroger sur les solutions juridiques offertes aux patients qui viendraient à être victimes d’un dommage lié à cette vaccination.

Dans cette hypothèse, qui serait alors responsable des préjudices subis et qui serait le débiteur de l’indemnisation ? Le laboratoire pharmaceutique ? Le professionnel de santé qui vaccine ? ( … )

Présentation de l’ABUM par Eric Baseilhac au salon Pharmagora

A l’occasion de la nouvelle édition du salon Pharmagora, Eric Baseilhac a présenté l’Association du bon usage du médicament. Il indique que l’association organisera un forum le 18 mai prochain consacré au numérique sur le bon usage du médicament.

Il explique que la iatrogénie médicamenteuse représente 10 000 décès et 130 000 hospitalisations par an, mais dans 50 à 70% des cas, ces décès et hospitalisations auraient pu être évités. « Ce n’est pas un fléau, c’est une cause, et c’est ce qui nous a mobilisés. »

La vape, un produit d'arrêt du tabac comme les autres ?

La vape un produit d’arrêt du tabac comme les autres

L’e-cigarette ou vape est l’outil le plus utilisé pour délivrer de la nicotine de qualité pharmaceutique de façon régulière dans la circulation sanguine. Il a été mesuré par l’équipe de N.L. Benowitz que 94 % de la nicotine du e-liquide vaporisée est délivrée à l’organisme via le poumon. L’efficience des patchs est plus proche de 30 % (les patchs qui annoncent délivrer 21 mg en contiennent 2 à 5 fois plus selon la marque. À titre d’exemple, un patch Niquitin® 21 mg/24 h contient 114 mg de nicotine). Une cigarette contient environ 12 mg de nicotine, mais elle n’en délivre que 1 à 2 mg, soit 15 % de la nicotine contenue, le reste de la nicotine partant dans l’environnement.

Interview du Dr Didier Touzeau – « Evolution de la prise en charge médicale en prison »

Rares sont les articles médicaux sur la prise en charge en milieu carcéral. L’article des Docteurs Didier TOUZEAU et Fadi MEROUEH sur les traitements des personnes détenues présentant un trouble de l’usage des opioïdes nous permet de découvrir l’évolution de la prise en charge thérapeutique en prison, avec les mêmes valeurs de Bon Usage du Médicament que pour tout autre patient, malgré la complexité fréquente des situations rencontrées.

intraveineuse

Voie orale, sous-cutanée, ou intraveineuse : quelle est la préférence du patient ?

Les rhumatologues ont la chance d’avoir à leur disposition un important arsenal thérapeutique dans les rhumatismes inflammatoires et, à un moindre degré, dans l’ostéoporose.

On ne peut que s’en réjouir, mais il est compliqué d’expliquer simplement à un patient les différentes modalités d’un traitement sans le noyer d’informations. Pour autant, le médecin a le devoir de lui donner une information claire et donc au minimum de lui présenter les grandes lignes pouvant l’aider à choisir, dans les limites de l’arsenal qui peut convenir à son cas particulier, la solution qui lui convient le mieux.

Recherche thématique